Garantir la performance énergétique
des équipements publics par les CREM

Le recours aux marchés en CREM pour rénover l'équipement public

Dans le cadre de la loi Grenelle 2 du 12 juillet 2010 et du décret 2011-1000 du 2 août 2011, l'État incite les collectivités territoriales à réduire de 38% la consommation de leur parc immobilier d'ici à 2020.

De plus en plus, le contrat de performance énergétique – sous la forme d’un marché global regroupant les prestations de conception, de réalisation, d’exploitation / maintenance (CREM) – s'impose comme le modèle de marché public pour garantir contractuellement l'efficacité énergétique des chantiers de rénovation des équipements publics.

Ce type de marché est encadré par l'article 73 du Code des marchés publics 2006-2016.
 

Le choix d'un partenaire solide et fiable pour les CREM

La conception, la réalisation, l'exploitation et la maintenance sont au coeur du métier d'Eiffage Construction. Son expérience en la matière est un gage de fiabilité.

Présentant toutes les garanties d'expertise technique et de solidité financière, Eiffage Construction est un partenaire à l'écoute des besoins et qui s'engage pleinement auprès des acteurs publics pour les accompagner dans leurs projets de rénovation énergétique.

L'offre Rénovalis est particulièrement bien adaptée aux marchés en CREM. Elle permet d'auditer les bâtiments en intégrant tous les paramètres d'amélioration (énergétique, acoustique, sécurité incendie, qualité de l'air, etc.).

Elle intègre également des procédures d'auto-contrôle, garantissant la qualité d'exécution, les prix et les délais.

Fondamentalement orientée vers l'usage, Rénovalis prend en compte dès la conception les consommations du bâtiment, la maîtrise des charges et apporte l'assurance de la performance en phase d'exploitation.
 

Nîmes : le CREM de tous les défis

Trois bâtiments de la ville de Nîmes (Gard) font l'objet d'un contrat de CREM avec Eiffage Construction : le Carré d'Art Jean Bousquet, le musée des Beaux-Arts et le complexe sportif Pablo Neruda.
 

Musée Carré d'Art à Nîmes Complexe Pablo Neruda à Nîmes en 2019
 

Une opération dont la réussite passe par un phasage et une organisation sans faille. Explications de Philippe Devers, directeur de la Construction de la ville de Nîmes :

 

Dans quel contexte s'inscrit ce CREM ?

Dans l'esprit du Grenelle de l'environnement, nous avons mené un diagnostic énergétique sur le patrimoine bâti de la ville, soit une centaine d'ouvrages.

Ensuite, nous avons déterminé ceux pouvant générer le plus d'économies et pour lesquels la capacité d'innovation du secteur privé nous apporterait le maximum de valeur ajoutée.

Un appel d'offres de type « CREM » a alors été lancé – et attribué en juillet 2016 – pour trois de nos sites les plus sensibles : le Carré d'Art, le Musée des Beaux-Arts et le complexe sportif Pablo Neruda.
 

Le tout avec des contraintes fortes en termes d'organisation...

Il s'agit même de l'une des clés de ce contrat. Ces ouvrages sont particulièrement importants, tant pour la mairie de Nîmes que pour les Nîmois.

Il était en effet essentiel pour nous d'être certains que le prestataire désigné respecte un phasage précis des travaux, des délais d'exécution établis dès le démarrage de l'opération et un budget sans extension possible.

Outre la qualité technique de l'offre, nous avons réellement eu le sentiment que le groupement mené par Eiffage Construction avait saisi ces impératifs.
 

Concrètement, quels en seront les impacts au niveau du chantier ?

Le Carré d'Art restera en activité durant la durée des travaux. Pas question d'envisager la moindre fermeture. En conséquence, le changement des deux installations de production de chaud et de froid devra être mené durant l'inter-saison, un équipement après l'autre, afin de maintenir le site en fonctionnement.

Le Musée des Beaux-Arts, quant à lui, fermera deux mois durant l'été 2018, mais les œuvres devront être conservées à température et hygrométrie contrôlées durant la période chantier, notamment lorsque les menuiseries et les centrales de traitement d'air seront renouvelées.

Même s'il est prévu de placer ces œuvres dans des caissons climatisés et de les transférer vers un atrium à atmosphère contrôlée pour libérer de l'espace nécessaire aux travaux, il y a là un vrai challenge à relever du point de vue organisationnel.
 

Et pour le complexe sportif Pablo Neruda ?

Une fois encore, le chantier devra être organisé et phasé afin que les interventions « critiques » sur les systèmes se déroulent pendant la période d'arrêt, soit juillet-août 2018.

Les travaux de valorisation du bâti, à savoir principalement la rénovation des façades, sont programmés dans un second temps courant 2019.
 

Quel est votre ressenti actuel sur la capacité d'Eiffage Construction à faire face à ces défis ?

Tout montre a priori que les contraintes imposées par ce projet seront respectées. Nous avons en face de nous une équipe soudée, attentive à nos besoins.

En bref, un groupement qui fonctionne bien, prêt à déployer les méthodes et les moyens nécessaires pour atteindre les objectifs fixés, à savoir 37,5 % d'énergie primaire économisés sur l'ensemble des ouvrages entrant de le périmètre du contrat.

 

Le projet en bref

  • Maîtrise d'ouvrage : mairie de Nîmes
  • Architecte : Carré d'Archi et MN-LAB (membres du groupement)
  • Montant : 7,52 M€ (dont 2,09 M€ de travaux)
  • Conception : 6 mois
  • Travaux : 3 ans
  • Exploitation : 5 ans

Nous contacter

  Remplir le formulaire

captcha refresh



Eiffage Construction

11 place de l'Europe
78140 Vélizy-Villacoublay Cedex
Tél. : 01 34 65 89 89
Fax : 01 34 65 85 90